mknews

samedi 25
mai 2019

  

6612 News

1655 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » e-commerce
 
Publié le 23/01/2019

e-commerce

Certified Senders Alliance - Dialogue constructif en lieu et place de nouvelles lois

Scandale autour des données en Allemagne : les experts de l'Internet exigent une coopération pour plus de sécurité Le vol de données très sensibles telles que les informations bancaires, la publication d'historiques de chats privés dans 50 à 60 cas particulièrement graves et les coordonnées d'environ 1 000 politiciens, journalistes, artistes et élus ont choqué le public.

À l’heure des fêtes de Noël, beaucoup de personnalités publiques en Allemagne ont reçu de mauvaises surprises. Les conséquences négatives d’une telle cyberattaque n’impactent pas que les personnes directement touchées, notamment lorsque les données publiées sont volées à l'aide de phishing. L'hameçonnage est une méthode courante pour accéder aux données personnelles ou aux données d'accès des destinataires à travers des e-mails qui semblent provenir d'expéditeurs sérieux tels que des banques. Cela peut nuire non seulement aux destinataires, qui divulguent imprudemment leurs données personnelles, mais aussi aux expéditeurs présumés. Pour ces derniers, cela a un impact négatif sur la réputation de l’entreprise et peut même causer une perte financière si les e-mails de phishing entraînent des demandes de renseignements et que le personnel doit être déployé pour communiquer avec le client désorienté ou endommagé. « L'hameçonnage est très souvent la première étape d'un piratage », confirme Julia Janßen-Holldiek, directrice de la Certified Senders Alliance (CSA). Même dans le cas du plus récent scandale des données, on soupçonne que l'auteur a saisi une partie des données au moyen de l'hameçonnage. Les deux parties, les destinataires et les expéditeurs des e-mails, peuvent se protéger efficacement contre le phishing. Les expéditeurs peuvent utiliser des méthodes d'authentification appropriées telles que DMARC (Domain-based Message Authentication, Reporting and Conformance) sans grand effort supplémentaire. Le nouveau standard BIMI (Brand Indicators for Message Identification) offre un avantage supplémentaire lors de l'utilisation de DMARC. Les courriels des expéditeurs vérifiés peuvent ainsi être marqués avec le logo de la marque de l'expéditeur dans la boîte de réception du destinataire. « Les propriétaires de marques sont davantage motivés par l’affichage du logo d’utiliser DMARC. Cela protège les utilisateurs grâce à un meilleur filtrage des spams et à la réduction du nombre de courriels de phishing dans la boîte de réception », a déclaré Marcel Becker, chef de produit chez Verizon Media où un premier test BIMI avec différents propriétaires de marques vient d’être lancé avec succès.Du côté du destinataire, un peu de scepticisme sain à l’égard des courriels provenant d’expéditeurs supposés sérieux et de prudence lors de la divulgation de données personnelles et de données d’accès est le meilleur moyen de se protéger contre les attaques de phishing. Des règles plus strictes pour les opérateurs de plates-formes Internet, comme l'a demandé la ministre fédérale de la Justice Katarina Barley à la suite du scandale des données, ne sont pas d'une grande utilité selon de nombreux experts Internet.


 

Toutes les news

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce