mknews

mardi 22
mai 2018

  

5158 News

1384 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » m-commerce
 
Publié le 01/10/2014

m-commerce

Apple doit s’attendre à une concurrence féroce dans le monde du paiement mobile

Commerçants et consommateurs ont déjà le choix entre des dizaines de possibilités de paiement différentes.

Ce vendredi, l’iPhone 6 d’Apple est arrivé sur les étals européens en fanfare, focalisant l’attention de nombreux médias. Cependant, la marque à la pomme devant faire face à la concurrence féroce des constructeurs Android (Samsung en tête) dans la téléphonie mobile, elle a aussi décidé de se diversifier en se lançant dans un secteur porteur du e-commerce : le paiement sur mobile. Cette entrée audacieuse dans un marché où de très nombreux acteurs se bousculent déjà a été accueillie avec circonspection par certains observateurs.
En France, le secteur du m-commerce – commerce sur mobile – devrait représenter 5 milliards d’euros en 2015 et est en très forte croissance (+66% par rapport à 2013). Si le développement du commerce sur mobile suit la même tendance que celle de l’internet ou des réseaux sociaux sur mobile, il y fort à parier que le m-commerce représente 30 à 50% du commerce en ligne d’ici cinq à dix ans. En ce qui concerne le paiement, le secteur est déjà saturé par de très nombreuses solutions développées par des banques, des grands noms de l’industrie numérique et même par certains web-marchands, laissant entreprises et consommateurs dans le flou.
Dan Wagner, PDG et fondateur de Powa Technnologies, acteur majeur du e-commerce au Royaume-Uni depuis de nombreuses années, commente : ‘Les consommateurs se retrouvent devant une offre toujours plus pléthorique d’applications de paiement mobile. Ils ne veulent pas de centaines d’applications différentes qu’ils vont utiliser chacune pour un ou deux web-marchands : ils veulent une seule application, simple, qui fonctionne partout. C’est la même histoire que pour nos portefeuilles, bourrés de cartes de fidélité liées à un seul magasin : on nous demande de remplir nos smartphones d’applications de paiement qui ne serviront que rarement.’
‘Les distributeurs, eux, sont confrontés à un choix difficile : ils ne peuvent pas s’affilier à tous les systèmes de paiement, et ne sont pas assurés que la solution qu’ils choisissent existera encore dans un ou deux ans, et donc sera un investissement rentable. Sans choix clair et universel, comment pourraient-ils être sûrs d’avoir choisi la VHS plutôt que le Betamax ?’
Dan conclut : ‘Les consommateurs seront séduits par la facilité d’usage d’une application unique, multiplateformes, et la gagnante sera l’application susceptible d’être adoptée par tous les acteurs de la distribution, en ligne bien sûr, mais aussi classique.’


 

Toutes les news

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce