mknews

mardi 22
mai 2018

  

5158 News

1384 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » m-commerce
 
Publié le 24/10/2014

m-commerce

Les sirènes du m-Commerce

Pour cette rentrée 2014, l’e-Commerce semble se placer sous les couleurs de la mobilité. Avant de céder aux sirènes du m-Commerce, ne devrions-nous pas regarder les choses de plus près ? Ne sommes-nous pas face à un phénomène de mode porté par quelques e-Commerçants leaders ?

Et si le m-Commerce n’était qu’un mythe ?
Dès 2012, le développement des Smartphones, la démocratisation des tablettes, associés à la diversification des moyens de paiement a ouvert la voie au m-Commerce. De nouvelles perspectives qui ont de facto éveillé l’appétit de l’ensemble du marché.
En effet, un nouvel âge d’or semble se dessiner pour ceux qui sauront se positionner sur la mobilité d’ici les prochaines années. Le principe de ce nouvel eldorado est simple : de nouveaux usages de consommation liés à la mobilité devraient bouleverser le commerce électronique. Dans ce scénario de croissance, nos périphériques portables détrôneraient nos ordinateurs de bureaux. Où que nous soyons, nous consommerions a priori plus et plus souvent. Une révolution technologique qui favoriserait de fait la croissance du e-commerce.

D’après une étude réalisée par le Center for Retail Research et publiée en avril dernier, seulement 44,4% des Français possèderaient un Smartphone. De plus, le reflex de l’achat sur mobile serait beaucoup moins développé en France que chez nos voisins européens et américains. Les Français n’auraient donc pas encore pris l’habitude d’effectuer leurs achats depuis leur téléphone. Ce retard d’intégration n’est pas sans conséquence sur le m-Commerce puisque selon cette même étude, la France fermerait la marche des pays européens m-Shoppers.

Première source de confusion : la distinction entre Smartphones et tablettes
L’engouement national pour le m-Commerce est-il dès lors justifié ? N‘avons-nous pas un décalage entre les faits et la tendance actuelle, dessinée par tous comme radieuse, sur ce pan du marché du e-Commerce ?
L’origine de cette confusion est in fine assez simple : Smartphones et tablettes sont à tort associés lorsque l’on parle de m-Commerce. Si nous reprenons la définition anglaise du Mobile Commerce, nous nous apercevons d’une véritable confusion des termes.

Dans sa traduction anglaise, le m-Commerce désigne l’utilisation de la téléphonie mobile à des fins commerciales. Or, aujourd’hui et du point de vue français, l’usage de ce terme désigne à la fois les achats en ligne effectués depuis les Smartphones ainsi que ceux réalisés depuis les terminaux embarqués : les tablettes.
Cependant, quoi que nous pensions, les tablettes n’appartiennent pas à la famille de la téléphonie mobile : ce sont des terminaux sédentaires remplaçant le plus souvent un ordinateur portable au sein de notre foyer.

La croissance de l’équipement des foyers français fausserait donc clairement notre vision optimiste du m-Commerce. Ce constat est d’autant plus vrai, que les chiffres de la consommation sur tablettes sont bien plus flatteurs que ceux concernant la consommation sur Smartphones.
En témoignent de meilleurs taux de conversion d’achat, un panier moyen plus élevé ou encore un temps de navigation plus important avec une augmentation du nombre de pages visitées.


 

Toutes les news

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce