mknews

dimanche 25
juin 2017

  
3180 News
1231Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » marques
 
Publié le 05/09/2016

marques

3D CERAM ouvre de nouveaux domaines d’application à la céramique dans le biomedical

3D CERAM ouvre de nouveaux domaines d’application à la céramique dans le domaine biomedical et poursuit son partenariat avec le CHU de Limoges.

3DCeram, (www.3Dceram.com), société qui regroupe un ensemble d’expertises dans le domaine des matériaux et procédés d’impression 3D d’objet céramique, spécialiste de l’impression 3D par stéréolithographie, utilise la céramique pour conquérir de nouveaux domaines d’application dans le monde industriel, dans l’univers du luxe et dans le biomédical.

3DCeram propose un service de production à la demande, des consommables sous forme de pâtes et de suspensions céramiques dédiées à l’impression 3D et une imprimante 3D, l’imprimante Ceramaker, développée sur la base de son expérience.

Appliquée au marché biomédical, l’impression 3D permet la réalisation de substituts osseux ou d’implants crâniens sur mesure en céramique. Leur biocompatibilité exceptionnelle, leur structure poreuse extrêmement régulière et leur résistance mécanique sont les principales qualités de ces biocéramiques.

« Dès le début des années 2000, 3DCeram a été le premier à mettre au point un nouveau concept de réalisation d’implants en céramique pour la reconstruction de défauts osseux cranio-faciaux de grandes tailles et complexes. La société a travaillé dans le cadre d’un programme développé avec les départements Neurochirurgie et Chirurgie maxillo-faciale du Centre hospitalier universitaire de Limoges, en s’appuyant notamment sur les travaux du Pr Joël Brie », rappelle Christophe Chaput, co-dirigeant de 3DCeram.

Pour réaliser ces implants, 3DCeram exploite une technologie unique d’impression 3D basée sur la stéréolithographie laser appliquée à la céramique. Elle permet de fabriquer des composants par couches en utilisant un laser qui polymérise une pâte nommée 3DMix composée de résine photosensible et de céramique. Formulée en interne, elle est au cœur de la réussite du concept. Le fichier CAO de l’implant est construit directement à partir des images issues du scanner du défaut osseux à reconstruire, pour une adéquation parfaite de l’implant avec le crâne du patient. Après impression, les pièces sont ensuite soumises à des traitements thermiques, le déliantage et le frittage, qui éliminent la résine et densifie la céramique.



 

Toutes les news


 

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce