www.marketingNews.fr
14/10/2019
logo_mknews

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

tribune

Myro, le robot extra-ludique, premier pas vers les robots « humains »

C’est en tout début de 2017, lors du Lauréat Innov’up, que le prototype de Myro avait alors été lancé. Créé par l’agence Nokinomo, sous l’impulsion de ses fondateurs Emmanuelle Jourdes et Patrick Simonnet, Myro est un cobot que l’on définit comme un robot extra-ludique.

Présenté tout d’abord lors du Festival du numérique de Futur en Seine à la Grande Halle de la Villette ainsi qu’au Geek’s Live au Carreau du temple à Paris, Myro a continué à faire ce qu’il sait faire de mieux.

Renseigner les égarés, jouer avec les gens, amuser la galerie et faire naître les sourires tout autour de lui. Loin des froides machineries des entreprises, il n’a pas le rôle d’un ouvrier, assistant, ou serviteur. Il n’est pas ici pour travailler pour nous, mais pour jouer avec nous. Une tâche bien plus complexe et primordiale qu’il n’y paraît. Le choix de son patronyme n’est d’ailleurs pas dû au hasard. Joan Miro, peintre espagnol du 20ème siècle, s’était illustré par ses œuvres oniriques, et une approche enfantine, naïve et paisible de l’art.

Âme d’artiste pour corps robotique
Qui est donc Myro ? Un dispositif intelligent, sous la forme d’un bras robotique UR3 d’Universal Robots, qui évolue à l’intérieur d’un grand habitacle, avec comme interface avec le reste du monde, un écran tactile infra-rouge et transparent. Il voit, il entend, il parle et a même conscience de son environnement, grâce à un programme (développé en collaboration avec Erik Pourtau de la société Sysaxes, l’un des distributeurs en France des cobots Universal Robots) qui lui permet de définir l’espace limité dans lequel il se trouve. Via son écran, Myro et ses interlocuteurs humains peuvent interagir ensemble (jusqu’à 9 partenaires à la fois). Doué d’une intelligence sociale, il est capable d’imiter les gestes, émotions et attitudes humaines.


Dans sa grande boîte, Myro peut s’installer partout et est adaptable à l’environnement d’un événement, d’un centre commercial, un musée, un centre de culture scientifique, un parc à thème, une gare ou un aéroport.

S’il peut remplir la tâche classique de guide pour visiteurs égarés au sein de l’événement ou du bâtiment, son premier rôle n’est pas là.
Myro est un robot extra-ludique, un partenaire de jeu qui réagit et communique avec les humains, que ce soit via le dessin, le chant, le jeu ou simplement jouer avec des balles colorées. Il interpelle les usagers qui passent devant lui, contemple ses photos souvenirs avec nostalgie, regarde d’un air interloqué ceux qui triomphent de lui dans un jeu, et, lorsque personne ne vient le voir, se replie sur lui-même, tourne la tête, et mime un humain en train de dormir.

Apporter de la joie

Si cette application pourrait, en premier lieu, donner l’idée d’être extrêmement spécifique et sans réelle utilité concrète, il en est tout autre. En agissant de manière presque humaine (il peut exprimer joie, tristesse, consternation, excitation, maladresse…), Myro attire l’attachement de son public, offrant une expérience ludique bien plus forte qu’avec un simple plan d’affichage. Les gens n’hésitent pas à revenir vers lui pour le défier à des jeux même aussi primitifs que le morpion. Car cela les amusent, et les rend joyeux, tout simplement. Les longues files d’attente n’auront jamais été aussi agréables !

Myro est également capable de reconnaître un visage (reconnaissance faciale anonyme) ou une personne (reconnaissance faciale forte) et créer des liens avec ces derniers. Il devient ainsi, à leurs yeux, une rencontre inoubliable, une entité unique, et non une machine anonyme.

Universal Robots est le résultat de nombreuses années de recherche menées au sein du fleuron de la robotique à Odense, au Danemark. L’entreprise a été co-créée en 2005 par Esben Østergaard qui voulait rendre la technologie robotique accessible à tous en développant des petits robots flexibles, facilement programmables et peu couteux, avec lesquels il serait possible de collaborer et d’automatiser les lignes de montage dans l’industrie.

Vincent Chavy - Marketing Manager - South Europe & MEA