mknews

mardi 18
décembre 2018

  

6110 News

1638 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » tribune
 
Publié le 24/06/2016

tribune

Crash d’infrastructure : 5 leçons à tirer par les éditeurs

Dans un contexte de course à l’innovation, les éditeurs doivent tirer les leçons de plusieurs déboires techniques qu’ont pu connaître récemment de grands noms du SaaS. Plateformes instables ou carrément inaccessibles, pertes de données : les clients peuvent légitimement s’effrayer. Nous devons donc en tirer les leçons qui s’imposent pour faire progresser collectivement cet univers.

Analyser, comprendre et apporter des réponses, voilà la clé pour garder la confiance du marché.

1. Une défaillance peut arriver à tout moment, mais on peut l’anticiper
Une panne serveur, un défaut logiciel, une coupure de ligne : qui n’a jamais connu les sueurs froides d’une défaillance ? Ce type d’évènement arrive régulièrement, il est donc important d’y être préparé.
Ainsi, chaque maillon de la chaîne doit être analysé en continu et doublé si besoin. Une version dégradée doit être prête à démarrer en moins de 2H, sur un environnement distinct. Notons qu’en cas de migration technique, une telle intervention se planifie et il doit être possible de revenir à la situation antérieure si la migration s’avère plus complexe que prévue.

2. La maitrise technique de l’infrastructure est le prérequis absolu de ce métier
Il est important de rendre hommage à des équipes souvent oubliées : les équipes d’infrastructure. Ce sont les forçats du Cloud, les soutiers du SaaS. Ils rament dans la cale pour que le bateau avance, et tout le monde trouve cela normal. Or, cette compétence ne va pas de soi et seule une équipe professionnelle peut garantir la continuité de service d’une plateforme.

3. A force de courir après les fonctionnalités « exotiques », on en oublie son métier de base

Les éditeurs doivent se rappeler quel est leur métier de base car c’est ce que les clients achètent en premier lieu. Dans un marché ultra concurrentiel, les acteurs, poussés par une demande accrue, ont essayé de trouver des fonctionnalités « exotiques » pour se différencier. Or, à force de courir des chimères, les ressources forcément limitées d’une équipe R&D finissent par se détourner du métier de base. La ligne de vie est coupée et l’innovation gadget finit par étouffer la raison d’être initiale.


 

Toutes les news

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce