mknews

samedi 21
octobre 2017

  
3964 News
1313Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » tribune
 
Publié le 13/06/2017

tribune

La France et l’Intelligence Artificielle : relever le défi de la compétitivité

La France et l’Intelligence Artificielle : relever le défi de la compétitivité, aujourd’hui et demain Par Thomas Bourgeois, Président-Directeur Général de Dhatim

 La campagne présidentielle 2017 a permis de mieux appréhender les enjeux économiques liés à la nécessité impérieuse de réduire les dépenses de l’Etat et d’accompagner la montée en compétitivité et en innovation de notre industrie. Dans cette perspective, l’Intelligence Artificielle, prélude à un nouveau paradigme, est vouée à jouer un rôle décisif. La récente mise en place de la DSN a permis, à cet égard, de familiariser les entreprises avec une toute nouvelle génération d’assistants digitaux intelligents, source d’optimisation des processus et de gain de compétitivité.

L’économie au cœur de la campagne présidentielle
Rarement une élection présidentielle n’a autant fait participer les électeurs à la gestion de notre dette et à la manière de réduire nos déficits. Avec un secteur industriel, laminé par les délocalisations, qui a su capter l’attention de certains candidats, la compétitivité de notre industrie et, plus largement, l’économie s’est invitée au cœur des débats. L’opportunité nous a donc été donnée, notamment lors du débat du deuxième tour, d’assister à la vulgarisation de certaines notions que nous avions oubliées depuis l’Université comme « la place de l’Etat dans la régulation des acteurs économiques », « le protectionnisme et les barrières douanières » ou même « de l’écu à l’euro : l’évolution des échanges monétaires européens ». Vous avez dit pédagogie ?

Les économies budgétaires : cheval de bataille de deux « grands candidats »
Jamais les citoyens n’auront été autant éduqués à la nécessité de renforcer notre compétitivité, élément essentiel pour devenir un acteur global fort, aux côtés de nos partenaires européens et mondiaux. L’autre fait marquant est la manière dont les économies budgétaires, notamment au premier tour, ont été placées au cœur même des débats. La capacité à redresser les finances de notre pays a été utilisée comme un cheval de bataille majeur par deux des « grands » candidats. Des infographies, publiées dans la presse, ont même classé les candidats selon le niveau d’économies publiques qu’ils se proposaient de réaliser au long de leur quinquennat.

Du choc de simplification à la DSN
Ces préoccupations ne sont pas nouvelles. Au travers du choc de simplification, lancé en 2013, l’Etat a choisi de faire de la diminution de la complexité administrative et normative un outil au service de l’amélioration de la relation avec les citoyens et compétitivité des entreprises. Entrée en vigueur en janvier 2017, après une année de phase pilote, la DSN ou déclaration sociale nominative veut simplifier la gestion annuelle des entreprises. Côté entreprise, la mission est complexe car elle conduit les DRH à contrôler chaque mois, pour chaque employé, un volume de données beaucoup plus important, de l’ordre du million de lignes d’écritures. Autre écueil, contrairement aux procédures de simplifications précédentes, le défi de la simplification est ici à double tranchant : chaque donnée erronée étant passible d’une amende de dix euros, en cas de redressement, les entreprises s’exposent à des pénalités exponentielles.



 

Toutes les news


 

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce