mknews

mercredi 22
novembre 2017

  

4172 News

1331 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » tribune
 
Publié le 22/06/2017

tribune

10 manières de frauder ses notes de frais en entreprise

Ah ! les notes de frais et la fraude ! C’est grâce à ces remboursements que le salarié ou dirigeant reçoit de l’argent, directement, sans impôts, basé sur des justificatifs qu’il produit. Donc l’endroit idéalement pour récupérer des petits extras. Différentes études estiment que 15 à 20% des salariés ont déjà gonflé leurs notes de frais.

Ces pratiques ont-elles lieu dans votre entreprise ? Sachez les repérer pour les éviter !

1- Je me fais rembourser ce que je n’ai pas payé.
Grand classique: j’ai été invité à déjeuner, mais je récupère quand même une copie du reçu… je me le fais donc rembourser ! Bonne pioche: non seulement j’ai été invité, mais je gagne de l’argent. Variante: Chacun paye sa part, mais je récupère le reçu total et me fait rembourser en totalité...

2- Manger pour quatre
Toujours au restaurant: l’entreprise mets des plafonds par personne, mais je ne peux pas résister au menu gourmet servi avec un Côte-rôtie 2004. Pas de problème, des invités fictifs viennent se joindre au repas, et après avoir demandé gentillement à la caisse, le ticket compte 4 convives au lieu de 2..

3- Taxi en France … ou à l’étranger !
Certains commerçants sont amenés à écrire leur ticket à la main, par exemple les taxis. Dites merci dans la langue locale, affichez votre plus beau sourire, et votre complice acceptera d’indiquer sur le reçu le montant qui vous plaira. Mieux encore ! A Las Vegas, les taxis vous tendront souvent un reçu vide, que vous remplirez ensuite à tête reposée.

4- Le double remboursement
Continuons à Las Vegas: ses hôtels gigantesques aux dizaines de restaurants. Le mercredi soir, vous déjeuner au RanchoGril de votre hôtel. Le vendredi soir, vous faites le “check out” de l’hôtel. Les deux tickets sont soumis, contrôlés et remboursés avec peu d’attention de l’entreprise… sauf que votre diner était déjà inclus dans la note globale d’hôtel.

5- La grande classe
Pour votre trajet TGV de 5h, votre entreprise vous autorise à prendre la 1ère classe. Sympa ! Billet en 1ère, flexible et…remboursable ! Je me fais rembourser, j’achète le billet en 2nde classe. Je fais bien le déplacement, le rendez-vous. Par contre, le billet que je soumets à la comptabilité est bien celui de 1ère classe… et… à moi la plus-value !

6- Let’s go big
Le train c’est bien, l’avion c’est mieux. Même technique que la précédente, mais les montants sont 5 à 10 fois supérieurs. Certaines entreprises ne demandent pas le ticket d’embarquement, la supercherie n’est pas détectable ! https://i.giphy.com/3o6gDWzmAzrpi5DQU8.gif

7- Des mauvais caractères
Les reçus en Chine ou en Japon sont parfois totalement illisibles. Trop peu de directeurs financiers savent lire le japonais couramment. Quel était le montant de ce reçu ? D’ailleurs, était-ce un restaurant, un taxi ou un club de zumba ?

8- Jongler aux les devises
Vous avez payé en dollars, pounds ou dirhams. Le ticket original est bien là, mais certaines entreprises n’ont pas de règles de conversion établies. En adoptant un taux très favorable, je peux gagner 10% sur le taux de change… et hop ! 100€ de gagnés sur mon dernier voyage aux US !

9- Le grand classique : les frais kilométriques
N’oublions par le plus facile : la déclaration des frais kilométriques. Que ce soit sur la distance ou sur le mode de transport (j’ai pris un véhicule moins puissant ou une moto au lieu de mes 7 CVs déclarés).

10- Demain : la dématérialisation totale !
Aujourd’hui le reçu papier reste obligatoire, qu’en sera-t-il lorsque l’administration aura généralisé la prise de photo comme preuve ? Avoir une machine thermique pour créer des faux tickets est compliqué, mais retoucher une photo / image sera probablement plus accessible. Gare aux nouvelles formes de fraude !




 

 

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce