mknews

vendredi 28
juillet 2017

  
3504 News
1287Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » tribune
 
Publié le 22/06/2017

tribune

Le Paiement en 2050 et au-delà

Corinne Estève Diemunsch, Directrice Marketing & Communication chez Limonetik Même si de nombreux experts s’accordent à dire qu’aujourd’hui déjà, le paiement en espèces sonnantes et trébuchantes devient de plus en plus obsolète, d’autres et non des moindres, comme la Bank of Scotland, insistent sur la complémentarité de nos pièces et billets avec nos autres moyens de paiement, les plus originaux

La période enfantine des moyens de paiement est derrière nous ? Pas du tout. Les voici, pour ceux que nous connaissons, en pleine adolescence, prêts à conquérir le monde sans aucune barrière, ni frontière, ni préjugé, ni complexe. Ne vous y trompez pas, le Baby Boom des moyens de paiement n’est pas terminé. Nous risquons encore de perdre quelques billets tombés de nos poches ou d’alourdir nos sacs avec des piécettes devenues parfois bien encombrantes.

Il est clair que nos générations ont assisté à une évolution majeure dans le domaine des modes de paiement avec les systèmes NFC, les portefeuilles électroniques, le paiement en un clic, mobile, etc. Mais innovantes, disruptives ou pragmatiques, les nouvelles méthodes pour acquérir des biens ou acheter des services poursuivront leur révolte et continueront de déferler sur notre société de consommation encore quelques temps. L’enjeu des Fintech du paiement est d’autant plus important qu’il constitue l’une des bases même de l’avenir de notre société.

Limonetik s’est penché sur ce sujet avec quatre de ses partenaires, Cofidis Retail, EBRC, Webhelp et Computop. Et c’est à l’occasion de sa soirée biannuelle, Meet The Payments, que plusieurs experts ont pu s’exprimer sur l’avenir du paiement en 2050 et au-delà.

Des scénarii insolites


Chez Webhelp par exemple, Dominique Chatelin, imagine trois scénarii possibles. Les deux premiers, très créatifs, consisteraient à éliminer définitivement les monnaies. La vie serait monétisée et financée par la publicité. Le second scénario catastrophe consisterait à remplacer les moyens de paiement par des coquillages ou des graines ; ce serait alors l’ère du Seedcoin. Quitte à migrer vers une autre planète ! Le troisième scénario est le plus plausible pour les esprits les plus conservateurs. Il s’agirait d’une évolution de la situation actuelle. Dans ce cas de figure, le paiement pourrait se faire en un clin d’œil avec l’invention par un nouvel entrant d’un implant rétinien de paiement connecté directement au système nerveux central de l’humain (vous !).

Cependant, la première hypothèse de Dominique Chatelin est reprise par Laurent Nizri, Président d’Alteir Consulting, créateur du Paris Fintech Forum et Président de la commission paiements de l’ACSEL. Pour lui, le plus logique serait de développer les services, type Uber, qui intègrent l’étape de paiement directement dans l’acte d’achat et, in fine, dans tout acte de la vie quotidienne. C’est le « payment inside » : plus pratique et plus simple. Le client n’a plus à s’inquiéter du règlement de la prestation par clic, par Smartphone ou via tout autre procédé. Celui-ci est inclus dans le processus même d’expérience client et devient transparent. Gommée la douleur du passage à la « caisse » !


 

Toutes les news


 

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce