mknews

mercredi 25
avril 2018

  

5044 News

1376 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » tribune
 
Publié le 06/12/2017

tribune

Conformité RGPD : l’intelligence artificielle au service de la protection des données personnelles

De Alain Biancardi, Vice Président Sales

L’ère du web relationnel a ouvert une brèche. Nous nous exposons au quotidien en divulguant nos informations personnelles au fil des clics et laissons volontairement ou involontairement des traces à partir desquelles il est possible de reconstituer tout ou partie de notre personnalité. La collecte et la circulation de volumes croissants de données est devenue difficilement contrôlable, comment protéger nos données personnelles sensibles ?


Selon les termes du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), en mai 2018, les entreprises devront montrer qu’elles sont capables de constituer un registre référençant traitements et processus internes manipulant des données à caractère personnel, prouver que ces données leur sont utiles et les dépersonnaliser. Les entreprises s’engagent donc à protéger cette data qui peut être un véritable vivier de données sensibles selon les secteurs d’activités. Comment l’intelligence artificielle peut-elle devenir un levier d’identification de ces données et comment mettre en place son processus de mise en conformité ?

La protection des données vaut avant tout pour les données sensibles

Les données sensibles désignent des éléments renvoyant à des informations à caractère identifiant, biométrique, idéologique, de santé, comportementales, financières, … relevant des données individuelles. Une fois recueillies dans des bases de données, des liens peuvent être établis entre ces informations et l’identité de leur propriétaire : il devient alors possible que ces données strictement confidentielles soient utilisées de façon malveillante par certains individus ou certaines entreprises, sans le consentement initial de leur propriétaire.

Selon les secteurs d’activité, certains contenus représentent de véritables viviers de données sensibles. Les secteurs B-to-C comme la banque-assurance, les télécoms ou le e-commerce sont les plus concernés par le RGPD car les départements marketing et relation client de ces sociétés analysent l’expérience et la voix du client (emails, verbatim, enquêtes), afin d’établir des profils détaillés de leurs clients leur permettant de leur proposer les services les plus adaptés à leurs besoins. Les documents touchant le domaine juridique tels que les contrats ou même les décisions de justice et les procès-verbaux regorgent également de données personnelles. On livre parfois volontairement une manne d’informations incroyable, que ce soit à des recruteurs à travers un curriculum vitae ou sur un forum médical. Enfin, et c’est peut-être le point le plus critique, les données personnelles de santé qu’on retrouve dans les dossiers patients concentrent des informations sensibles qu’on ne veut certainement pas voir piratées ou utilisées à mauvais escient.
Le véritable enjeu de la protection des données sensibles est donc d’empêcher toute identification ou cartographie par la data de leur propriétaire.


 

Toutes les news

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce