mknews

mardi 16
janvier 2018

  

4484 News

1358 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 
[Nouveau contenu] select * from articles_full
 
Accueil » tribune
 
Publié le 04/01/2018

tribune

Bousculer la conception des espaces de travail

Il y a les lois. Il y a la vie, et des habitudes à changer dans la conception des espaces tertiaires.

Faire avancer les lignes. 
Les entreprises qui y réfléchissent et certains promoteurs en sont conscients. Par contre, personne n’est réellement au clair sur ce que cela structure en terme de réflexion et d’ingénierie de la construction et c’est sur ce point qu’il faut concentrer nos efforts. En deux mots : avoir des espaces « design » ou « jolis » et « confortables » à l’œil ou choisir le flex-office est simple. Les cabinets de space planning ou les architectes font de la prescription de « mobilier image » et l’industrie du design est structurée en regard. Ces espaces sont donc à nouveau largement standardisés et finalement sans grande originalité. Ils sont un nouveau standard et rien n’a changé dans cette façon-là de faire du bureau. Ce qui doit donc être pensé, c’est l’ingénierie de la conception et la question des lots d’équipements, car tout le monde y gagnera.

Une nouvelle approche de la conception plus atypique et féminine.
La méthode qui tend à se déployer est l’approche, souvent manichéenne de l’entreprise concentrée sur son business et de l’agence uniquement dédiée à la forme. Les deux se font confiance mais oublient d’intégrer la question du design dans un projet global d’entreprise. Or quand il s’agit de remettre de l’humain dans les organisations, les équipes multidisciplinaires (architecture-design-sciences humaines spécialisées) s’imposent comme des partenaires du management. Les agences ou les ateliers de design, qui envisagent ainsi leur rôle, développent un nouveau métier, sensible, qui s’élabore en partenariat avec les entreprises ou les promoteurs.

Le résultat est que la démarche de rationalisation n’est pas la même. Les architectes ou les spaces-planneurs font le chemin du macro au micro (ce bâtiment, ces flux, ces meubles), le design le fait du micro au macro : à l’échelle de l’architecture, mais de l’intérieur, au niveau de la vue, des mains, des chaussures et du plateau de cantine, ce qui est très différent.
Ces équipes doivent être intégrées dès les phases de programmation. C’est avec les enquêtes des ressources humaines, des Comex et d’équipes projet internes, soit à la croisée des employés tels qu’ils rêvent leur entreprise, des Comex telles qu’ils la veulent et des remontées qui sont autant d’indices d’un climat, d’une ambiance, d’un esprit que se font les choses. La démarche qui va donne une nouvelle voie ou poursuit le changement de l’organisation – soit la forme de l’entreprise – c’est le design. Il vise non pas à standardiser une démarche – cela c’est le concept historiquement moderne de l’architecture sur lequel l’industrie du bâtiment s’est construite – mais plutôt avec ce qui se nomme aujourd’hui le bureau générique et qui relate l’expérience des bureaux construits dans les Magasins généraux à Pantin : soit un design qui prend soin de recouper les questions et offre des solutions sur mesure au même prix que du standard, en utilisant les extraordinaires savoir-faire et la souplesse de développement des entreprises qui composent l’industrie du design : de la grande entreprise aux artisans. Cela s’est fait et est faisable. En dialogue avec l’entreprise, l’atelier a pensé chacun des outils de travail comme un projet de design générant l’organisation du travail fabriqué à l’échelle industrielle ou artisanale.

Et l’on sera encore plus rationnel en intégrant ces questions et ces développements dans des phases d’ingénierie de la conception, qui concernent les promoteurs, les directions de l’immobilier ou financières en concevant et architecturant les lots différemment.


 

Toutes les news





Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce