mknews

mardi 18
décembre 2018

  

6110 News

1638 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » tribune
 
Publié le 15/06/2018

tribune

Le statut auto entrepreneur, que faut-il savoir pour 2018 ?

Chaque nouvelle année apporte son lot de changements en tous genres et le statut d’auto entrepreneur n’échappe pas à la règle. Modalités d'inscription, TVA, plafonds de chiffre d’affaires, fiscalité… Voici tout ce que vous devez savoir !

Rappels généraux sur le statut d’auto entrepreneur

Etre auto entrepreneur c’est possible pour toute personne majeure ou mineure anticipée qui a une adresse en France et qui n’est pas déjà travailleur non salarié. Pour les ressortissants hors Union européenne, une carte de séjour autorisant l’ouverture de l’auto entreprise est nécessaire.
Le statut d’auto entrepreneur se veut donc simple du point de vue des démarches qui peuvent être réalisées en ligne que ce soit pour la création, la déclaration de ses recettes, les modifications du statut, la cessation d’activité…

Les seuils de chiffre d'affaires évoluent

Contrairement aux autres formes d’entreprise, le statut d’auto entrepreneur impose un chiffre d'affaires annuel à ne pas dépasser. C’est d'ailleurs, pour cela qu’il est perçu comme la solution pour tester un concept ou encore gagner un peu d’argent de façon complémentaire à son travail, même s’il est possible d'être auto entrepreneur à temps plein.
Depuis, le début de l’année 2018, les plafonds à ne respecter sont de 170 000 € pour une activité commerciale (contre 82 800 € auparavant) et 70 000 pour les prestations de services (Il était de 33 200 € avant). Il est bon à savoir que ces seuils sont réévalués tous les trois ans. Et, si vous dépassez ces montants maximums pendant deux années de suite, vous devez alors changer de statut.


 

Toutes les news

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce