mknews

mercredi 14
novembre 2018

  

5958 News

1630 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » tribune
 
Publié le

tribune

Less is more en webdesign

Less is more est une maxime minimaliste qu’on pourrait traduire par « moins, c’est plus ». Popularisée par Mies Van der Rohe (architecte allemand), elle pose les bases de ce qui deviendra par la suite un courant d’art contemporain, l’Art minimal, puis une tendance plus globale dans différents domaines : l’architecture, la musique, la littérature, etc.

Le design graphique. Cette tendance se caractérise par l’utilisation d’éléments simples, de lignes épurées, de matériaux sobres. L’idée étant de se libérer le plus possible des artifices qui ne sont pas essentiels.

Comment faire simple

Aujourd’hui, cette tendance est très populaire, mais que ce soit en art, en architecture ou en design graphique, le secret du minimalisme réside dans notre capacité à faire des choix. Il ne s’agit pas uniquement d’en appliquer les codes sans réellement les comprendre. Par exemple, nous souhaitons tous des interfaces « épurées, simples et intuitives… ». Personne ne vous demandera une interface chargée et compliquée… Tout le monde souhaite que son site soit simple et intuitif. Mais dans les faits, nous oublions trop souvent cet objectif. Il s’agit donc de se poser les bonnes questions, mais surtout d’y répondre de la meilleure façon, tant que faire se peut.

Pour arriver à l’essentiel, nous sommes contraints de supprimer certains éléments, certains objets, certaines fonctionnalités… Lesquels sont indispensables ? Lesquels seront inutiles dans le futur ? Lesquels amélioreraient l’expérience de l’utilisateur s’ils étaient finalement soustraits ?

Il est important de toujours voir les choses sous un autre angle. Nous devons sans cesse questionner les standards, comprendre ce que ces soustractions sont capables de nous apporter de plus. Si, en 1998, Steve Jobs avait décidé de garder le lecteur de disquettes sur ses ordinateurs, aurions-nous accès aujourd’hui à la quasi-totalité de la musique mondiale derrière une simple icône d’application ? Certains choix qui peuvent paraître contraignants au premier abord peuvent donner naissance à de nouveaux usages et à l’amélioration de l’expérience utilisateur dans tous les domaines.
 


 

Toutes les news

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce