mknews

vendredi 21
février 2020

  

6044 News

1651 Membres

Simple & Gratuit !

Je communique
sur ma marque

    btcliquez

Je reste en veille

  facebook tw 

L'information permanente dédiée aux dirigeants et aux marketeurs

 
Accueil » tribune
 
Publié le 04/02/2020

tribune

De la monétique aux nouveaux moyens de paiement

La forte poussée du numérique a profondément fait évoluer le monde des moyens de paiement. Désormais, c’est le client qui impose de nouveaux usages, et non plus les banques de détail par exemple. Le parcours client est donc roi et l’innovation, reine, dans un univers du paiement en pleine mutation.

01/ L’évolution profonde du Retail Banking

Les réseaux interbancaires évoluent. Les chargés d’accueil des banques de détail sont voués à disparaître avec une montée en compétences et le développement de nouvelles expertises comme la gestion de patrimoine par exemple. Par voie de conséquence, les chargés de clientèle sont plus mobiles et doivent développer une meilleure connaissance de l’ensemble des produits offerts. Ils deviennent alors de véritables conseillers « augmentés », équipés de tablettes. Pour cette raison, des mutations profondes au niveau du back-office s’imposent.

D’autre part, l’utilisation en Selfcare des applications bancaires réduit les passages en agence. Ainsi, les réseaux interbancaires réduisent leur nombre d’automates bancaires jugés pour certains trop peu rentables : le parc total en France s’est ainsi vu retirer plus de 5 000 DAB depuis 2012. En parallèle, les banques traditionnelles se tournent vers le Web en créant des néo-banques. Cette évolution des réseaux, de l’organisation et des métiers du secteur bancaire, induit des parcours client qui se transforment.

02/ Quel avenir pour le « cash » ?

Et si nous tendions vers une société sans cash ? Aujourd’hui, une occurrence de paiement sur deux est effectuée par carte bancaire. Le chèque disparaît petit à petit même s’il représente encore 10 % des paiements. La gestion des espèces est coûteuse, elle représente 5 milliards de dépenses pour les banques françaises chaque année, soit environ un coût de 500 millions d’euros par banque. C’est pourquoi les banques et les États essaient de le limiter en plafonnant les paiements en espèces, permettant également de lutter contre son anonymat.


 

Toutes les news

Espace service

La lettre d'information des professionnels de la VAD, du MD, de l'E-commerce et M-commerce